11 octobre 2018

Nous sommes toujours dans notre basin. Et il fait toujours aussi chaud. Nous avons décidé d’aller voir le monde aujourd’hui. Destination : le Wal-Mart. Youpi. Il nous manque quelques trucs, et c’est un bon endroit pour les trouver. Rien de très glamour, mais pratique. Nous avons fait cette belle expédition avec Fleur des îles.

Le bout excitant du jour : le voyage en taxi

Nous sommes rendus là. Un rien nous diverti. Pour y aller nous avons dû prendre un taxi. En plus d’être assez relax comme endroit, le réseau AT&T ne rentre pas très bien. Donc nous n’arrivions pas à avoir du réseau pour trouver une compagnie de taxi. Pas de souci, l’hôtel de ville est tout proche, et ils sont gentils, on va leur demander. La gentille dame à la réception nous a donné 2 numéros de taxi.

Nous avons choisi un des numéros, et la dame au bout du fil nous a gentiment dit que notre balade de 8 km allait nous coûter 30 $. Ok, c’est genre un peu cher, mais que pouvons-nous faire ? Cela doit être comme ça ici… Bref, c’est bon, nous confirmons la chose et elle nous avise que nous devons attendre 25 minutes… Ok, ce n’est pas comme si nous étions pressés… Le taxi est finalement arrivé 25 minutes plus tard. Le chauffeur a bien pris la peine de nous aviser que le Wal-Mart que nous avions choisi n’était pas son préféré, non. On peut y trouver des bons deals, mais ce n’est vraiment pas le plus beau Wal-Mart du coin. Et, nous sommes mieux de garder notre porte-monnaie proche de nous. Étant lui-même gardien se sécurité également, il nous prévient bien de faire attention, ce n’est pas le Wal-Mart le plus sécuritaire. Nous lui avons dit que nous étions à Atlantic City quelques jours plus tôt. Cela lui a clos le bec. Donc, quand quelqu’un veut de faire peur, dis que tu as été à Atlantic City, c’est simple.

Pour le retour, nous avons rappelé la compagnie. Pour nous faire dire que nous devrions attendre 45 minutes. Non merci, nous avions du réseau à ce moment, internet pouvait nous trouver mieux. Et ce fût le cas. Nous avons appelé une autre compagnie. Et, très étonnamment, le chemin du retour s’est fait beaucoup plus rapidement (visiblement le premier chauffeur s’était donné comme mission de nous promener dans la ville…) et a coûté la moitié du prix, soit 16 $. Donc pour l’info, pour un taxi dans le coin, on appelle la compagnie Key Lime Taxi.

Le projet du jour : sauver Dominic des moustiques

Ils sont agressifs les moustiques dans le coin… Et il y a aussi des petits brulots qui arrachent des bouts de peau. Comme nous sommes à l’extérieur à temps plein, cela peut devenir un irritant. Surtout pour Dominic. Visiblement, il a un sang que ces petites bêtes aiment. Et il commence à gonfler à certains endroits. Les moustiquaires que nous avons ne bloquent clairement pas les brulots. Avant de partir, nous nous sommes équipés en tissu pour faire des moustiquaires supers fins pour que lorsque nous arriverions dans la zone des no-see-ums. Les no-see-ums sont de minuscules moustiques assez agressifs que nous allons croiser inévitablement un moment donné dans notre périple. Est-ce déjà le moment ? Nous ne le savons pas, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils sont voraces dans le coin. Donc voilà, l’opération moustiquaire extra fin à commencé aujourd’hui.

Le projet de soirée : charger les batteries

Il n’a pas fait très beau aujourd’hui… nous avons des panneaux solaires pour recharger les batteries, mais quand il ne fait pas beau, on s’entend que le rendement est assez nul. Donc nos batteries avaient besoin d’amour. La technique classique est de partir le moteur. Dominic a appris dans son cours de mécanique de la Société de sauvetage qu’il ne faut pas simplement partir le moteur, mais qu’il faut l’embrayer également. Ok, go la marche arrière. Nous sommes ancrés anyway. Eh non. Qu’est-ce qui ne se met pas à arriver… ? Nuage se met à reculer. Visiblement l’ancre ne nous tient pas. Contexte : il commence à faire noir, il pleut pas mal (ce qui assez cool en fait considérant la chaleur, c’est rafraîchissant), et nous sommes en pyjamas. Un beau show pour les voisins d’ancrage. Nous avons donc remonté l’ancre, tenté de la remettre, fait un tour du basin (question de dire coucou à tout le monde), et finalement mouiller l’ancre à nouveau. Avec en prime, un beau bain de boue pour Andrée-Anne.

À propos du mouillage choisi

Nous sommes toujours au basin de Chesapeake City.

Les photos du jour

 

Pour les zélés, les chiffres du voyage sont ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *